ANI-MOT-LIRE

Plus qu'un apprentissage de la lecture : une éducation à la lecture. Une démarche novatrice permettant la découverte par les enfants de 5 à 8 ans de notre système de lecture-écriture. Marie-Joëlle Bouchard.

04 mars 2006

Langage oral - langage écrit

dsc010311

J’entends par « langage oral », le langage parlé, que je distingue du « langage écrit», à savoir le langage des livres, celui employé pour écrire. Lire oralement un texte écrit, c’est produire du langage écrit, et non du langage oral. Ceci explique qu’oraliser un texte ne suffit parfois pas à le comprendre et cette difficulté de compréhension vient du fait que pour certains enfants, le langage écrit est si éloigné de celui qu’ils ont l’habitude d’entendre et d’employer, qu’il représente presque pour eux une « langue étrangère », qui ne leur «parle pas ». Comment faire pour que le langage de l’écrit soit compréhensible par tous ?

Il s’agit certes de choisir des textes et des histoires correspondant à la tranche d’âge dans laquelle se situe le public auquel on s’adresse. Mais cela ne met pas à l’abri de mots inconnus, de structures de phrases complexes, d’ellipses et de finesses d’interprétation, qui rendent la compréhension difficile. Il ne s’agit pas pour autant, de proposer des textes simples, au vocabulaire et à la syntaxe sans surprises. Ce n’est pas en simplifiant, en mettant les textes à la portée de tous, que l’on aide à la compréhension d’écrits plus complexes, qui se présenteront un jour ou l’autre. Cela ne fait que retarder l’entrée dans la complexité. Ce n’est qu’en abordant des textes et des histoires variées et vraies que l’on apprendra à s’y sentir à l’aise, à ne pas se sentir exclus ou étranger.

Il s’agit de développer et d’enrichir le langage oral, le vocabulaire et la syntaxe, et cela doit se faire à partir des livres. Le langage oral peut servir d’outil d’explication du langage écrit, outil utilisé par les enfants eux-mêmes. Le langage oral constitue alors une aide à la compréhension. Mais, si le langage oral se met au service du langage écrit, il bénéficie aussi de son apport et s’enrichit par voie de conséquence. Plus tôt l’enfant entrera dans le langage des livres, dans la compréhension des illustrations et de leurs légendes écrites, des histoires et des contes, plus tôt l’enfant qui parle, qui en parle, sera à l’aise dans ces deux univers de parole et progressera facilement dans la connaissance et l’utilisation de l’un comme de l’autre.
L'enfant doit peu à peu se sentir à l'aise dans le langage des livres, tout autant que dans le langage oral.

Tout cela sera développé dans "Apprendre à lire comme on apprend à parler", dans "De l'oral à l'écrit", dans "Les livres, les images", dans "La préparation à la lecture", et dans "La promenade en lecture"

Posté par animotlire à 17:49 - 7° LANGAGE ORAL - LANGAGE ECRIT - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire