ANI-MOT-LIRE

Plus qu'un apprentissage de la lecture : une éducation à la lecture. Une démarche novatrice permettant la découverte par les enfants de 5 à 8 ans de notre système de lecture-écriture. Marie-Joëlle Bouchard.

07 décembre 2005

L'ETAPE ALPHABETIQUE

Troisième étape :

LE STADE ALPHABETIQUE :

C’est le stade de la lecture grapho-phonologique,l’analyse visuelle et auditive amorcée précédemment, au niveau des syllabes et des voyelles, se poursuit et commence à s’établir au niveau des consonnes. La correspondance s’établit peu à peu entre tous les phonèmes et les graphèmes de la chaîne parlée et du code écrit.

En opérant le découpage syllabique dans les mots et notamment les prénoms, de la syllabe « Ma » de Marine, du « » de Mélissa et du « Mi » de Michel, les enfants entendant le « a », le « é » et le « i », commencent à entendre le son consonne [m].
De là, ils peuvent déduire que « m et u » fait [my], que « m et o » fait [mo]…

De l’analyse ils passent à la synthèse, propre au Cours Préparatoire, qui consiste à combiner consonnes et voyelles simples dans un premier temps, permettant de constituer des syllabes simples, comme ci-dessus. La lecture est alors de type combinatoire.  C’est ce que l’on appelle communément le B.A.– BA.

Dans ses rencontres avec des mots nouveaux, l’enfant sera amené par comparaison, analogie, déduction, généralisation, conceptualisation à découvrir l’ensemble des sons consonnes et à les combiner avec l'ensemble des voyelles. Ces compétences utilisées aux stades précédents, en phases d’analyse, seront plus facilement réinvesties lors de la synthèse.
Les activités d'analyse et de synthèse sont souvent menées de pair au CP, mais de manière trop rapide et non systématique pour l'analyse, qui est implicitement considérée comme faite par tous. 

Si l’enfant doit acquérir des connaissances, des notions, des savoir-faire sur l’écrit, en même temps que des savoirs et savoir-faire généraux, l’entreprise est vouée à l’échec et d'autant plus si elle doit se concentrer sur la seule année de CP.
Surtout pour ceux qui n’ont pas été préparés à l’entrée dans l’abstraction, que constitue la découverte du système et du code alphabétiques. Cela demande d’éveiller chacun à la conscience phonologique (les mots que l'on prononce sont constitués d'une suite de sons) et au principe alphabétique (ces signes écrits que l'on voit correspondent à des sons oraux). Cela n'a rien d'évident pour certains enfants, le découvrir doit être l’objectif de la Grande Section d’Ecole Maternelle, qui grâce à de multiples « manipulations » visuelles et auditives, permet à chaque enfant cette prise de conscience. Ce qui leur permettra d’être prêt au CP, à découvrir l'ensemble des éléments du code, toutes les correspondances grapho-phonologiques nécessaires à la lecture, à les mémoriser et à les combiner pour faire du sens.

Il faut également découvrir et mémoriser les digrammes, les trigrammes que j’appelle aussi sons complexes, un seul son étant représenté par deux ou trois lettres comme « au » et « eau » qui font [o]. Il s’agit aussi d’enchaîner les syllabes, d’opérer leur synthèse au niveau des mots pour la construction et la compréhension des mots.

Mais la compréhension ne naît pas que de l’oralisation; seuls le travail mené sur les phrases et sur les textes, les activités d’émission d’hypothèses, d’anticipation, la fréquentation quotidienne de la langue écrite vont les y amener.

La discrimination, l'identification, ainsi que la  mémorisation fiable des mots dans leur forme orthographique, renforcée par le fait de lier lecture et écriture. Tout cela facilite le passage à la l'étape orthographique, celle de la lecture experte. Ce qui est l'objectif visé.

Posté par animotlire à 15:11 - 4°3 Troisième étape - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire