ANI-MOT-LIRE

Plus qu'un apprentissage de la lecture : une éducation à la lecture. Une démarche novatrice permettant la découverte par les enfants de 5 à 8 ans de notre système de lecture-écriture. Marie-Joëlle Bouchard.

07 décembre 2005

L’ETAPE SYLLABIQUE

Deuxième étape :

L’ETAPE SYLLABIQUE et SYLLABICO-ALPHABETIQUE :

Je traite ensemble ces deux moments de l’apprentissage car ils se mettent en place de manière concomitante.
Le fait d’être amené à faire correspondre des mots oraux et des mots écrits, à les comparer, à prendre en compte les différents éléments tels que les formes et les lettres, les différentes notions de place et d’ordre, permet aux enfants de mettre en relation ce qu’ils voient et ce qu’ils entendent, d’opérer un découpage de la chaîne parlée et du code écrit, un analyse visuelle et auditive des mots.

Ce premier découpage est syllabique :
L’enfant dit MA-MAN : découpage simple des mots oraux. Il lui reste à opérer le découpage syllabique, plus complexe, des mots écrits.
Il procèdera comme dans la première étape par mise en relation, comparaison, prise en compte de la place, de l’ordre… Il dira par exemple que MARIE ça commence comme MAMAN entendant la même chose au début, de même que MAXIME ou MARINE. De ces différents rapprochements naît la similitude de la syllabe MA, commune à tous ces mots.
La différenciation avec d’autres mots commençant par la même lettre est nécessaire : Méline qui commence de la même manière à l'écrit, par la même lettre (M), mais pas par la même syllabe à l’oral [me]. De là naît la notion de syllabe écrite, à travailler au début avec des syllabes simples, composées d’une consonne et d’une voyelle.

Ecriture utilisée :
Il faudra les amener à établir la correspondance entre les différentes écritures. Les cartes-mots devant comprendre le dessin, et le mot écrit dans les différentes écritures (majuscule d’imprimerie, script et cursive, avec majuscule à l’initiale pour les noms de personnages).
Les majuscules d’imprimerie sont utilisées au début pour éviter les confusions (b, d, p, q…).
L’écriture script est ensuite l’occasion de différencier ces lettres de formes proches. (C’est pour cette raison que les prénoms seront parfois présentés sans majuscule à l’initiale.)

A partir du découpage syllabique de la chaîne parlée et du code écrit :
Les enfants entendent facilement les voyelles dans les mots composées de syllabes simples : le « a » dans le Ma de Ma-ël…, le « i », le « o », et le « a » dans Ni-co-las

Ils parviennent ainsi au stade syllabico-alphabétique où ils commencent à établir une première correspondance entre graphème et phonème qui se fait au niveau des voyelles.

Toutes les activités de mise en correspondance de l’oral et de l’écrit se font au cours de séances collectives avec l'Ardoise à lire, où les enfants sont amenés, sur des mots non mémorisés, à faire des comparaisons et à s’exprimer sur les éléments qu’ils reconnaissent (prénoms, noms de personnages d'albums, noms d'animaux).
La manière de procéder sera décrite dans la partie Pédagogie et Apprentissage.

Les premières étapes (présyllabique, syllabique et syllabico-alphabétique) qui permettent de prendre en compte les éléments caractéristiques des mots et de l’écrit, sont des périodes d’analyse, essentielles, qui devraient précéder le moment de synthèse propre au Cours Préparatoire.
A la Maternelle, la Grande Section notamment est le lieu idéal pour effectuer cette « manipulation de l’écrit » tant concrète qu’abstraite, qui est un premier éveil et une première prise de conscience de l’écrit.

Posté par animotlire à 15:08 - 4°2 Deuxième étape - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire